LOOS (A.)


LOOS (A.)
LOOS (A.)

LOOS ADOLF (1870-1933)

Si l’Autrichien Adolf Loos n’est pas toujours un architecte de premier plan, il est au moins l’un des rares (avec Le Corbusier) qui soit aussi un écrivain. Son écriture révèle, comme son architecture pourtant si rigoureuse, la recherche déterminée d’un plaisir: il sera, peut-on dire, le premier architecte fondamentalement hédoniste, et c’est pourquoi les aménagements intérieurs (la liberté de l’usage) auront une telle importance dans ses écrits et dans ses rares réalisations.

En 1893, Loos a terminé ses études à Dresde et décide d’aller voir la nouvelle architecture américaine dont les architectes européens pressentent l’importance mais qu’ils ne connaissent pas. Il restera trois ans aux États-Unis, vivant de menus travaux, mais surtout théorisant inlassablement ce qu’il voit. Ces quelques années seront beaucoup plus importantes pour l’élaboration de sa pratique architecturale et théorique que sa longue période de formation européenne. Sa connaissance parfaite des travaux de W. Le Baron Jenney, de Sullivan et des premières œuvres de F. L. Wright l’aide à formuler, dès son retour en Autriche, ce qui lui semble alors essentiel: la critique du terrorisme de l’Art nouveau alors en pleine gloire à Vienne. Il édite une revue, Das Andere (L’Autre ), dont le sous-titre («Un journal pour l’introduction de la culture occidentale en Autriche») montre l’enjeu (la revue ne traite pas seulement d’architecture; la cuisine, la mode, les coutumes, etc. y sont évoquées). Alliant le purisme de Sullivan (qui venait de bannir la «décoration») et le fonctionnalisme de l’architecte viennois Otto Wagner, Loos veut supprimer «l’ornement» et montrer la structure des bâtiments.

Loos est d’abord isolé dans le combat qu’il mène contre la mode; mais en 1908 les choses ont changé (deux architectes de la Neue Sezession, Olbrich et Hoffmann, reviennent à un style moins tourmenté): c’est la date de son essai le plus connu, Ornament und Verbrechen (Ornement et crime , réédité dans la revue de Le Corbusier, L’Esprit nouveau , 1920). Il ne faut pas se méprendre sur le titre de l’ouvrage: si Loos est contre la décoration de l’Art nouveau, ce n’est pas par puritanisme (il déclare dans son essai: «tout art est érotique»), mais au contraire pour affirmer une nouvelle sensualité en architecture. Dans les intérieurs qu’il conçoit, les murs sont couverts de matériaux semi-précieux (bois, marbre, cuivre, cuir), mais employés à l’état brut. Loos ne veut pas se départir d’un libéralisme fondamental dans l’aménagement de l’espace (il ne dessine pas de meubles, par exemple). Après s’être chargé de l’amélioration de l’aménagement intérieur de bâtiments déjà construits, Loos réalise la maison Steiner en 1910 (Vienne), une des premières maisons en béton armé: là, une apparente neutralité veut briser l’excès (la boursouflure) de l’architecture contemporaine (toit en terrasse, corps de bâtiment blanc en U sans cantilever, fenêtres horizontales sans balcon). Comme dans la maison Scheu de 1912, qui présente cependant une moindre austérité extérieure, la nudité des blocs (qui évoquent les cubes de Garnier) contraste singulièrement avec la subtilité sobre mais raffinée de l’organisation intérieure (contrastes de textures, contrastes de volumes, de luminosité, et même d’odeurs).

Recevant peu de commandes du milieu viennois qui lui est hostile, Loos vient s’installer à Paris en 1923. Il avait été contraint d’interrompre un projet d’immeubles à terrasses; on ne doit aucun bâtiment public à cet architecte qui souhaitait construire autre chose que des villas ou des édifices commerciaux. À Paris, il se lie aux mouvements d’avant-garde et construit en 1926 la maison de Tristan Tzara.

L’un de ses derniers projets, malheureusement non réalisé, sera la maison de Joséphine Baker à Paris. Il avait conçu pour l’actrice une sorte de paradis utopique. L’extérieur étonne par ses violents contrastes géométriques: sur un «socle» blanc (le rez-de-chaussée), les deux étages (différenciés par les types de fenêtres, horizontales et verticales) sont unifiés par des bandes régulières, parallèles et alternées de marbre noir et blanc, et par deux murs aveugles (derrière lesquels se trouve la piscine). L’intérieur contraste radicalement avec l’apparence de forteresse du bâtiment à l’extérieur, par une grande préciosité qui semble de l’extravagance: la piscine (qui forme terrasse au deuxième étage) est vue du premier étage comme un grand aquarium grâce à des cloisons transparentes. Ce luxe n’est pas gratuit; Loos a souvent répété que c’est notre société qui rend absurde (scandaleux même) tout attachement au bien-être.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Loos — ist der Name von Orten: Gemeinde Loos in Frankreich, siehe Loos (Nord) Gemeinde Loos en Gohelle in Frankreich alte Schreibweise der Ortschaft Los, siehe Los (Schweden) Loos ist der Familienname folgender Personen: Adolf Loos (1870–1933),… …   Deutsch Wikipedia

  • Loos — may refer to:Places* Loos, Nord, a commune in France * Loos en Gohelle, a commune in France * Los, Sweden, a village in SwedenPeople*Loos (surname)Other* Battle of Loos, a battle of World War I, which took place near Loos en Gohelleee also*Loo, a …   Wikipedia

  • Loos — Loos,   1) Adolf, österreichischer Architekt und Designer, * Brünn 10. 12. 1870, ✝ Kalksburg (heute zu Wien) 23. 8. 1933. Nach dem Studium an der TH in Dresden gab ein Aufenthalt in den USA (1893 96) Loos die entscheidenden Anregungen für seinen… …   Universal-Lexikon

  • Loos — Loos, n. [OE. los, fr. OF. los, laus.] Praise; fame; reputation. [Obs.] Spenser. [1913 Webster] Good conscience and good loos. Chaucer. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Loos — puede referirse a: Loos, una localidad francesa; Adolf Loos, arquitecto austríaco. Esta página de desambiguación cataloga artículos relacionados con el mismo título. Si llegaste aquí a través de …   Wikipedia Español

  • loos — loos; loos·en; loos·en·er; …   English syllables

  • loos´en|er — loos|en «LOO suhn», transitive verb. to make loose or looser; untie; unfasten: »The doctor loosened the stricken man s collar. Figurative. What liberty A loosened spirit brings (Emily Dickinson). –v.i. to become loose or looser: »The collar… …   Useful english dictionary

  • loos|en — «LOO suhn», transitive verb. to make loose or looser; untie; unfasten: »The doctor loosened the stricken man s collar. Figurative. What liberty A loosened spirit brings (Emily Dickinson). –v.i. to become loose or looser: »The collar loosened… …   Useful english dictionary

  • Loos [1] — Loos, 1) Mittel für gewisse Fälle in menschlichen Angelegenheiten eine göttliche Entscheidung zu erlangen; dann auch das, was Einem nach göttlicher Schickung zufällt. Der Gebrauch des Looses findet[515] sich schon bei den meisten alten Völkern.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Loos [2] — Loos, 1) Grafschaft, so v.w. Looz; 2) (Groß L., Losing), Marktflecken im Bezirk Eszterhaz des ungarischen Comitats Ödenburg; Kastell, Weinbau, Quecksilberbergwerk; 1230 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon